Jeremy Warmsley - How We became

Publié le par yosemite.



  Autant la pochette du premier album de Jeremy Warmsley nous montrait une sorte d'éternel étudiant cherchant son style, reflétant ainsi parfaitement le contenu un peu trop dense et touffu du disque, autant le zoom avant sur le visage réfléchi du chanteur qui illustre How We Became reflète la maturité et la sérénité acquises.
L'artiste semble avoir assimilé toutes les influences pop britanniques, des Beatles à Badly Drawn Boy.
Il serait d'ailleurs délicat d'énumérer ici tous les noms qui surgissent systématiquement à l'écoute de l'album, ce que je vais m'empresser de faire.
Du très XTC - dont Jeremy Warmsley est très fan - 15 Broken Swords aux MERZiens How We Became ou If He Breaks Your Heart, on peut entendre aussi bien les Shins (Take Care et son phrasé improbable sur une rythmique très funky) que King Creosote, les Beatles ou Badly Drawn Boy donc, tous ces artisans qui ont fait ou font les heures de gloire de la pop anglaise (sauf les Shins, of course !).
Mais ce serait faire injure à l'incroyable talent de vocaliste de Jeremy Warmsley que de le cantonner à ces et ses références. Sa maîtrise des claviers (le très John Cale Craneflies) et des facilités de mélodiste évidentes, conjuguées à des arrangements toujours pertinents, souvent tournés vers l'expérimentation électronique, sonnent désormais la naissance d'une des plus fine lame du songwriting anglais dont il serait criminel de se priver, laissant Neil Hannon et sa suite de crooners laborieux jouer dans la cour de récréation quand il s'élève déjà au rang des indispensables.
L'édition française de son dernier album est en plus augmentée de deux titres bonus précédemment sortis uniquement sous la forme de single : The Boat Song, duo folk country masculin féminin des plus enjoués et une impeccable reprise de Temptation de New Order à faire pâlir l'original.
A ne manquer sous aucun prétexte.






Jeremy Warmsley How We Became (Transgressive / Naïve)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

-Twist- 27/03/2009 10:39

Comment ça "trop" à l'honneur? Au contraire!

yosemite. 27/03/2009 21:13


jamais été trop fan (même si j'affectionne beaucoup Power, Corruption & Lies); et puis après 5 ou 6 ans de revival 80's tout pourri, j'aimerai personnellement passer à autre chose.
si possible.
non ?
allez...
un effort svp !
hop hop !


-Twist- 27/03/2009 02:01

Connaissais pas le gus. Un petit frère eighties à Eugene McGuiness je trouve (enfin sur le clip). En tout cas, sa reprise de New Order m'intrigue (qu'est ce qu'ils sont à l'honneur en ce moment).

yosemite. 27/03/2009 09:14


En beaucoup moins alambiqué que McGuiness tout de même !
Oui, New Order sont beaucoup (trop) à l'honneur... Que faire ?
(et toujours Temptation (cf. Handsome Furs) en plus !)

Merci du passage !